COMMENT POSTER UN MESSAGE?

Vous voulez poster un message, laisser vos réactions ou un commentaire? Rien de plus simple! Cliquez sur le lien "Commentaires" en dessous de l'article qui vous intéresse. Vous arrivez sur une nouvelle page dans laquelle vous pourrez consulter et/ou poster un message. Rédigez votre message dans le champ " Enregistrer un commentaire". Avant de publier votre texte, définissez votre profil en mode "anonyme".

lundi 20 décembre 2010

ECHANGES

La visite du groupe Soubassé à Juvisy (19 au 25 novembre 2010)


A l'école Jean Jaurès

La venue des jeunes musiciens de SOUBASSE est la reconnaissance du travail mené depuis ces dernières années par l’association IDILICK en direction de la jeunesse. Enzongo Ngeke et ses camarades de cette association artistique se sont déjà rendus 4 fois à Tillabéri et y ont monté un studio d’enregistrement, organisé un festival de musiques actuelles et mené des actions culturelles en direction des jeunes publics.
Diego et Aziz ont pu venir à Juvisy pour se produire au cours d’un concert programmé dans le cadre de la semaine de la solidarité et rencontrer les jeunes Juvisiens pour mieux connaître nos réalités de vie et nous faire partager les leurs.
A l’école Jean Jaurès, nos deux amis musiciens ont pu rencontrer deux groupes d’élèves de CE1 et de CM2, ces derniers ayant entrepris une correspondance scolaire avec des élèves de Tillabéri.
Ces moments furent très chaleureux et instructifs pour nos jeunes élèves qui ont pu poser des questions sur la vie au Niger et furent particulièrement touchés quand ils entendirent parler du régime alimentaire des Nigériens, qui pour certains ne mangent de la viande qu’une fois par semaine et pour d’autres même qu’une seule fois par an au moment d’une fête religieuse.
Ils furent également très émus à l’écoute d’un chant de ce groupe de Tillabéri qui dénonce les mariages forcés qui, dans certains cas, peuvent se terminer par le suicide de la jeune épouse d’une dizaine d’année, mariée contre son gré à un homme d’une cinquantaine d’années.
Certains élèves ont pu partager leurs repas avec nos deux amis Nigériens et poursuivre la rencontre durant les deux heures de la pause méridienne.
Elèves et enseignants ont été très heureux de faire cette rencontre de deux jeunes gens authentiques. Tous, Nigériens et Français, étaient conscients de la chance qu’ils avaient de concourir à la réussite de ce jumelage, conscients également que la rencontre de l’autre est « une des plus grandes richesses de l’humanité » comme nous l’a dit Diégo dans un mail à son retour dans son pays natal.
La communication est née, une relation amicale en est issue que tous nous essayerons d’entretenir malgré la distance, les différences de culture et la situation politique peu favorable aux déplacements.

André Plas

Aucun commentaire:

Publier un commentaire